Par papelhilo, le 20/09/2013 dans A la une, Needlenaute du mois

Bourlingueuse, passionnée, curieuse, pleine de talents cachés (ou pas !) ; nous vous présentons ce mois-ci une recrue récente de la rédaction qui a déjà su se rendre indispensable grâce à sa gentillesse et à son énergie débordante !

Qui est la “vraie” Lili ? Quand et comment est-elle tombée dans les laines et chiffons ?!

Je m’appelle Aurélie et j’ai 28 ans. J’ai déjà l’impression d’avoir eu plusieurs vies, car j’adore le changement ! Après des études d’histoire de l’art, je me suis dirigée vers un autre univers, celui du bien-être et des massages. J’ai pas mal voyagé en Asie, attirée par leur savoir-faire, leurs techniques et leur pharmacopée incroyables. Pour évoluer dans mon travail, je devais me perfectionner en anglais, j’ai quitté ma petite vie parisienne pour passer un an en Australie en tant que jeune fille au pair. Puis, après plusieurs années à m’épuiser dans de magnifiques spas,  j’ai décidé de me laisser de nouveau une chance dans le domaine artistique. Je suis aujourd’hui autodidacte, dans une grosse boite de films d’animation américaine, à un poste plutôt technique dans la chaîne de fabrication des personnages de films (bon, je suis sûre que tout le monde connait les minions que l’on voit partout dans le métro depuis cet été…). Bref, je crois que tout ça n’a pas suffi à calmer mes pulsions créatives, il me fallait une sorte de défouloir ! C’est en voyant un pull hors de prix dans un magasin il y a deux ans que je me suis dit que j’étais capable de le faire. Je suis passée à la couture l’année dernière, en me faisant la même réflexion.

D’où t’est venue l’envie de bloguer, sous ce pseudo de Banyan Tree ?

A force de trainer sur Thread&Needles et découvrir les univers des blogueuses, j’ai eu moi aussi envie de partager mes découvertes et d’être en contact avec des personnes qui comprennent mon besoin de tricoter et créer. Je passe ma journée dans un univers masculin, j’ai mis du temps à assumer et arriver en réunion d’équipe armée de mes aiguilles ! C’est aussi une manière de réfléchir sur moi-même, savoir quelle image je veux renvoyer, quels sont mes goûts. Une sorte de recherche de soi. J’ai mis du temps à trouver le nom de mon blog, alors que je le trouve évident maintenant. C’est le souvenir le plus fort en émotions que j’ai eu ces 10 dernières années. Ma rencontre avec un banian en Thaïlande. Un arbre majestueux qui m’a coupé le souffle. Mes périples ont été depuis guidés par “la course au banian”, d’ou mes voyages frénétiques !

Qu’est-ce qui t’inspire ? Comment s’organise la réalisation d’un ouvrage pour toi ?

J’ai pas mal évolué sur ma manière de penser mes projets. Il y a eu deux ou trois grosses pièces sans aucune réflexion, j’aimais bien le tissu, le patron, ça m’a suffit pour me lancer et apprendre. Maintenant, je passe beaucoup de temps à associer mon futur projet avec ma garde-robe, pour éviter au maximum les doublons. Je veux coudre utile, tout en me faisant plaisir. Je m’inspire la plupart du temps dans les transports, en repérant le petit détail qui change tout sur une veste, une coupe qui met en valeur ou des couleurs qui s’associent bien ensemble. Je note tout sur un petit carnet une fois arrivée chez moi le soir. Je peux laisser mûrir une idée quelques mois avant de me lancer. Je coud exclusivement le week-end, mais sur une longue durée (je me souviens d’avoir passé 7 ou 8 heures d’affilées le samedi sur mon manteau d’hiver), et j’ai tendance à apporter des modifications au patron au fur et à mesure. Le gros point noir de mon organisation est la toile : je n’en fais pas. Jusqu’ici je n’ai jamais eu de problèmes mais ça risque de m’arriver !

Peux-tu décrire ton style ?

Question difficile ! Je vais dire casual/rock avec une touche de militaire, car ma garde robe se compose de jeans et de tee-shirts noirs, accompagnés 10 mois de l’année par des grosses bottes de cuir ! Je me suis mis aux collants dernièrement, du coup ma tenue “classique” serait : short noir et collants flashy ou à motifs, tee-shirt et bottes. J’adorerais avoir des tenues steampunk, celles avec plein de boutons, de sangles, de lanières de cuir, des vestes de pirate, mais comme on n’en trouve pas dans le commerce, je vais devoir me les faire !

Quelles matières préfères-tu ? Quels patrons t’attirent et pourquoi ?

Je peux déjà dire que je déteste le velours, impossible d’en toucher, ça me donne la chair de poule, tous ces petits poils ! Je n’ai pas utilisé beaucoup de matières différentes donc au final j’en connais très peu. La gabardine est ma matière favorite depuis ma Belladone de Deer&Doe. Pour la laine, sans hésiter la soie (à défaut de dépenser dans du beau tissu, je me fais plaisir pour le tricot). Je marche pour l’instant au coup de coeur pour les patrons, je n’ai pas encore cerné ce qui m’attire pour la couture. En ce qui concerne le tricot, j’en ai utilisé très peu (4 ou 5 je crois), la plupart du temps en m’éloignant énormément du modèle de base. J’en suis venue à ne presque plus avoir envie d’en acheter, tout ce que je veux se trouve déjà dans ma tête !

De quelle réalisation es-tu la plus fière ? La plus déçue ?

Ma plus grosse pièce: mon manteau Cersei, je ne pensais pas être capable de me coudre un manteau un jour !! Je suis déçue de mon premier projet (ma veste Kennit), tout simplement parce que je vois tous les défauts et que je ne la trouve presque pas portable, entre les accrocs dans le tissu, les coutures tordues, le lin qui se froisse pour un rien et qui ne se tient pas…

Des projets, des défis, des envies pour le futur ?

Un projet d’entreprise qui me prend la plupart de mon temps libre, qui verra peut-être le jour d’ici un an je pense. Disons que je mène en ce moment une double vie, entre mon vrai travail la journée et le reste du temps scotchée à mes aiguilles, mais il est encore trop tôt pour en parler !

Pour en savoir plus sur Lili