Par papelhilo, le 22/03/2011 dans A la une, Tutoriels T&N

Beaucoup  d’entre nous conservons les chutes de tous ces tissus qui nous sont chers, mais ça devient rapidement une invasion !

Voilà une petite astuce pour les transformer rapidement en carrés/rectangles formés de carrés tous égaux, de la taille de son choix, en vue de n’importe quel projet (coussin, trousse ou autre).

Il faut : un tas de chutes variées, un gabarit en carton (j’ai fait un micro-carré de 4x4cm pour utiliser mes micro-chutes, mais on s’adapte à la taille de ses chutes)

On découpe là-dedans autant de carrés que possible, on prépare des paires que l’on dispose endroit contre endroit :

C’est maintenant qu’arrive le truc : il s’agit d’enchainer la couture de toutes ces paires sans jamais lever le pied presseur, sans faire d’aller-retour au début et à la fin de chaque paire cousue, on obtient donc une longue guirlande :

Après avoir coupé entre chaque paire, on forme des paires de paires que l’on prépare à nouveau endroit contre endroit et que l’on assemble en guirlande. J’ai choisi de faire en sorte d’avoir des petites bandes de 4 carrés à l’issue de cette étape mais on peut aussi préparer ainsi des carrés de 2 unités par côté.

On poursuit en assemblant 4 avec 4, 8 avec 8, etc, toujours à la chaîne. Voici 3 longues bandes faites de cette manière en quelques minutes :

Et enfin, j’assemble 2 lignes entre elles : inutile d’épingler si les carrés sont petits, on réussit tout-à-fait à guider la couture en faisant correspondre les coutures des étapes précédentes.

Voici mon rectangle final, prêt à être écrasé au fer à repasser (les coutures ne sont pas orientées très précisément en cours d’ouvrage, mais avec de fines marges de couture sur de petits carrés, cela ne nuit pas au résultat final).

Bonus : l’astuce en plus !

J’ai réalisé le tissu à pois moi-même ! une chute de coton blanc, de la peinture acrylique, des coton-tiges, et voilà ! Le résultat est résistant à l’eau (mais je réserve ce genre de tissu à un accessoire destiné à ne pas être lavé trop souvent quand même). Au vu du résultat un peu rustique et inégal, je dirais qu’il faut s’entrainer un peu sur un tissu brouillon ; il faut déposer peu de peinture à chaque fois et ne pas hésiter à changer de coton-tige souvent. Mais je trouve l’effet final (dans le patchwork) sympa quand même.