Par mathilde, le 22/02/2012 dans A la une, Techniques, Tutoriels T&N

Aujourd’hui, explication en image d’un détail qui peut faire toute la différence : l’ourlet à la main.

Oh, je vous entends déjà râler, “la couture à la main, c’est long, c’est pénible, je sais pas faire…” Promis juré, c’est juste un coup de main à prendre, après, vous ne pourrez plus vous en passer !

L’ourlet à la main : ses avantages

  • il est totalement invisible sur l’endroit, et peut même, selon la méthode, l’être aussi sur l’envers.
  • il donne un joli tomber à vos jupes et tuniques, bien plus souple que l’ourlet machine qui va le rigidifier.
  • il est bien plus facile à défaire qu’un ourlet machine : si votre jupe de l’an dernier vous paraît un peu démodée avec sa longueur midi, en trois coups de ciseaux, vous pouvez corriger ça! Pas besoin de passer une heure à découdre tous vos petits points machine avec un découd-vite.

Les exceptions :

S’il est parfait sur tous les tissus fins, l’ourlet invisible à la main à moins d’intérêt à être fait sur des tissus épais, tels que le jean. Plus solide, l’ourlet machine peut alors de plus partciciper au style du vêtement (regardez vos jupes en jean : les ourlets sont généralement visibles, souvent même cousus avec un fil contrastant).

Le principe :

Avec votre aiguille, vous allez piquer de façon horizontale, quasi parallèlement à votre tissu, et non pas de façon verticale, comme le fait la machine à coudre.

Votre aiguille n’a pas à traverser le tissu, elle va juste se glisser sous quelques fibres de la matière, pas plus.

L’ourlet à la main est constitué de petits points, légers, en zig-zag. Il n’a pas pour vocation d’être une couture costaud, puisqu’à cet endroit du vêtement, aucune tension n’est exercée.

La règle d’or :

Tout en souplesse ! Ne tirez pas trop sur votre fil, il faut que la tension reste fluide, elle va s’équilibrer au fur et à mesure de la couture.

Préparation de l’ourlet :

Une fois la longueur de votre vêtement définie, marquez le pli de l’ourlet au fer, et placez des épingles verticalement, sans prendre trop de matières, afin de maintenir en place votre ourlet sans déformer le tissu.

Un ourlet double est toujours plus joli sur l’envers, cependant, si vous êtes un peu juste en tissu, vous pouvez alors vous contenter de faire un point zig-zag à la machine (ou un coup de surjeteuse) le long du tissu, puis de le replier une seule fois. La finition est moins belle sur l’envers, mais permet de gagner un peu de longueur.

Matériel :

  • une aiguille ni trop fine ni trop longue
  • une aiguillée de fil, pas trop longue non plus, sinon votre fil risque de s’emmêler et de faire des noeuds.

Pour les exemples, j’ai choisi un fil très contrasté afin de vous permettre de mieux voir les détails de la couture : évidemment, lorsque vous le ferez “pour de vrai”, optez pour un fil assorti à votre tissu.

Méthode n°1 : l’ourlet invisible au recto

C’est la plus simple et la plus rapide.

Invisible sur l’endroit, l’ourlet reste visible sur l’envers.

Méthode n°2 : l’ourlet invisible recto-verso

Elle demande davantage de patience, d’entraînement et de minutie, mais elle garanti une invisibilité sur l’endroit ET sur l’envers : la finition est alors absolument impeccable.

Voilà, maintenant, vous n’avez plus qu’à enfiler votre aiguillée… et à vous entraîner!