Tout savoir sur la cupro : composition, utilisation, entretien…

quest ce que la cupro

Assez peu connue dans le monde du textile, la cupro est pourtant une matière pleine d’avantages, à commencer par son rendu satiné très chic, proche de celui de la soie. En plus, c’est une étoffe éco-friendly issue de matières naturelles et biodégradable. Alors, intriguée ? On vous dit tout ce qu’il faut savoir à propos de la cupro dans cet article : composition, fabrication, utilisation, couture…

La cupro : qu’est-ce que c’est ?

La cupro (ou le cupro, on n’a pas réussi à trancher) est une matière textile artificielle assez peu connue dans le monde de la mode, mais qui présente pourtant de nombreux avantages, et notamment celui d’être eco-friendly, vous allez voir.

A partir de quoi fabrique-t-on la cupro ?

On obtient la cupro en traitant chimiquement du Linter de Coton. Le Linter de coton est en fait un déchet de l’industrie textile, il s’agit des petites graines qui se trouvent dans les boules de coton et qui ne peuvent pas être tissées en l’état, ce qui fait que de nombreux fabricants les jettent. Mais, grâce à un traitement chimique (dont on parlera juste après), on peut transformer le Linter de coton en fibre et faire toutes sortes de choses avec. La cupro, c’est donc une fibre artificielle, obtenue à partir de déchets de coton, et ça c’est plutôt cool pour la planète.

Tout savoir sur la cupro : composition, utilisation, entretien…

Procédé de fabrication

Ne vous inquiétez pas, on ne va pas vous faire un cours de chimie des matériaux, le procédé de fabrication de la cupro est assez simple. Il s’agit en fait de plonger le Linter de coton dans un bain de cuprammonium (solution ammoniacale d’oxyde de cuivre), qui transforme le Linter en fil, tout simplement.

L’intérêt écologique de la cupro

On vous voit venir : s’il est nécessaire de plonger le coton dans un bain chimique, ça ne semble pas très écologique. Alors, certes, mais c’est déjà bien mieux que le polyester, la polyamide, et, globalement tous les tissus en poly- qui sont fabriqués à partir de dérivés de pétrole. C’est d’ailleurs pour ça qu’il existe une différence entre matière synthétique et matière artificielle. Les matières artificielles sont issues de matières végétales qui subissent un traitement pour qu’on puisse en extraire des fibres, alors que les matières synthétiques sont entièrement fabriquées par l’Homme.

5 Conseils pour bien porter la robe bohème

Donc, la cupro est fabriquée à partir d’une matière naturelle, tout comme la viscose ce qui est déjà bien. Mais rappelons en plus qu’on l’obtient à partir de déchets de coton, c’est donc du recyclage ! Et quand on sait à quel point l’exploitation du coton est gourmande en eau et en énergie, on est ravies de savoir qu’on peut exploiter entièrement la boule de coton. A savoir également : le traitement chimique de la cupro se fait en circuit fermé, c’est-à-dire qu’on réutilise l’eau et le cuprammonium jusqu’à qu’il n’y en ait plus du tout : rien n’est jeté et la fibre ainsi obtenue est entièrement biodégradable.

Sachez enfin que le plus gros fabricant de cupro du monde est l’entreprise japonaise Asahi Kasei Corporation (parfois commercialisée sous le nom de Bemberg), et que tout le cupro qu’elle produit est labellisé OEKO-TEX et son procédé de fabrication est certifié GRS.

A quoi ça ressemble ?

Une fois tissée, la cupro a un aspect soyeux légèrement brillant, presque satiné, et un tombé proche de celui du polyester. Ça ressemble beaucoup à de la soie, en légèrement plus lourd, mais surtout sans aucune exploitation de vers à soie, ce qui ravira celles et ceux qui cherchent des matières cruelty-free. En termes de propriétés, le cupro est plus respirant que le coton, aussi fluide que le polyester et très absorbant, c’est même l’une des matières les plus absorbantes du marché actuellement. Pour ne rien gâcher, la cupro sèche très vite et est thermorégulatrice, ce qui lui permet d’être agréable à porter quelle que soit la saison.

Tout savoir sur la cupro composition, utilisation, entretien…
@Scoth And Soda

Que peut-on faire avec de la cupro en termes de mode ?

Actuellement, on retrouve principalement la cupro dans les doublures de belles pièces : manteaux, tailleurs, vestes de blazer, robes de soirée, pantalon de costume, etc., ce qui est bien dommage quand on connaît toutes les propriétés de ce tissu. Son utilisation commence néanmoins doucement à se démocratiser et on trouve de plus en plus de robes, tops et autres shorts en cupro. A savoir : le cupro est un tissu parfait pour les vêtements fluides, mais convient assez mal aux coupes ajustées.

Si vous souhaitez réaliser vous-même des pièces en cupro, il n’y a rien de bien compliqué. Il faut simplement savoir que c’est un des tissus les plus glissants de votre tissuthèque, qu’on traite donc comme de la viscose ou du tulle.

Tout savoir sur la cupro composition, utilisation, entretien… (2)

Entretenir le cupro : trop facile

En plus d’être joli, confortable, respirant, thermorégulateur, éco-friendly, biodégradable, etc., le cupro est aussi très facile à entretenir. Pour le lavage, un cycle simple à 30° en machine sera parfait, mais référez-vous toujours à l’étiquette de votre vêtement pour être sûre de ne pas faire n’importe quoi. Normalement, les vêtements en cupro ne se froissent pas vraiment (encore un avantage !), mais si vous voulez être sûre que le vôtre soit impeccable, vous pouvez tout à fait le repasser. On vous conseille d’éviter le passage au sèche-linge, et de plutôt laisser sécher vos pièces en cupro à l’air libre et sur un cintre, histoire d’éviter les plis disgracieux.

La cupro en résumé :

  • C’est une fibre artificielle obtenue à partir de Linter de coton
  • C’est un tissu respectueux de l’environnement et biodégradable
  • L’aspect de la cupro est brillant et doux, parfait pour des vêtements chics et élégants
  • La cupro est une matière parfaite sur des tops, des robes, des shorts ou n’importe quel vêtement fluide
  • Pour la couture, on traite la cupro comme de la viscose
  • L’entretien de la cupro est hyper facile : lavage à 30°, repassage possible mais pas nécessaire, séchage à l’air libre sur un cintre.