Par papelhilo, le 15/04/2014 dans A la une, Needlenaute du mois

Ce mois-ci, on vous présente une tricoteuse, couseuse, et voyageuse qui ne manque pas d’humour : Mirza se dévoile pour vous !

histoire d’un jean troué


Peux-tu te présenter ?

Bonjour, bonjour, moi c’est Mirza, j’ai 26 ans, j’adore cuisiner et lire, je déteste les chaussettes et tout truc qui essayerait de m’emprisonner les doigts de pieds, j’aime les séries américaines, je hais les écrans, les choux de Bruxelle, les frites et la clim. Je viens de passer presque 4 ans à Hong-Kong où j’ai travaillé comme une folle, eu vraiment trop chaud, cousu beaucoup, acheté encore plus de tissus, et tricoté un peu. Dans la vraie vie je travaille dans l’informatique, développeur java, un métier glamour et féminin à souhait ! Après de longues journées de boulot au sein d’une équipe exclusivement masculine et fort amatrice de jeux vidéos et autres trucs de geeks, j’avais besoin de faire des trucs de fille, des vrais, et de ne pas être devant un écran. J’ai donc cousu, beaucoup cousu. Tout ça peut paraître très cliché, les trucs de fille, les trucs de mecs, les geeks… mais voilà, des fois, la vie est vraiment comme ça !

Couture et tricot : comment as-tu commencé dans chaque “discipline” ?

J’ai appris à coudre quand j’étais assez petite, je voyais ma mère coudre à la machine, une bonne vieille Singer, et j’ai eu envie de l’imiter. Malheureusement, il semblerait que j’étais trop petite pour la machine, j’ai donc eu le droit de me coudre un mouchoir. A la main. Et à points invisibles, s’il vous plaît. Un genre d’ouvrage de vieille grand-tante. Je crois que je ne l’ai jamais fini, c’est un peu longuet à faire les points invisibles, mais croyez-moi, je maîtrise!
Plus tard, quelque part en primaire, j’ai eu envie d’apprendre le tricot. Ca avait l’air chouette. Et puis mon grand-père un jour m’avait dit: “tu vois ce pull que je porte aujourd’hui, c’est moi qui l’ai tricoté”. Ca m’en avait bouché un coin, surtout que ma grand-mère ne tricotait pas. Bref, le tricot c’était cool. J’ai voulu me tricoter une écharpe, mais ça a fini par me sembler aussi fastidieusement long que le mouchoir au point invisible.
Arrivée au collège, une chose s’est imposée a moi : les écharpes c’est chiant, il faut tricoter des pulls. J’ai donc depuis ce temps-là, toujours un pull en cours. Ils n’avancent pas forcement très vite, mais depuis que j’ai découvert le tricot devant une série, j’avance bien plus régulièrement !
Pour ce qui est de la couture, un jour de lycée, la fermeture éclair de mon bon vieux Eastpak m’a lâchée. Après moultes négociations, j’ai enfin eu le droit de toucher à la fameuse Singer. J’ai eu droit à une rapide démonstration : enfilage, point droit, faire un coin, et hop j’étais partie. Sac gris, surpiqûres rouges, on n’a peur de rien. Ma couture suivante a été une robe de soirée. Non, vraiment, on n’a peur de rien.
Un jour, vers la fin de mes études, Monsieur avait besoin de rideaux, et tout était horriblement cher et moche. Je lui ai dit “pas de souci, achète du tissu sympa et je te les fais!”. J’ai donc cousu, à la main, à points invisibles, des rideaux à Monsieur. Quand j’ai enfin eu fini, j’ai dit “plus jamais, c’est vraiment trop long, si je dois refaire des rideaux, j’achète une machine”. Et voila, lorsqu’on est arrivés à Hong-Kong, il a fallu faire des nouveaux rideaux, j’ai acheté la machine la moins chère que j’ai trouvée, et je ne me suis plus arrêtée !

trench Bubble-Gum

Quel est ton style ? Quelles sont tes inspirations ?

J’aime les habits assez classiques, mais avec un zeste de folie. La marque qui illustrerait le mieux mon style est Jack Wills, c’est bien simple, je pourrais avoir une garde-robe achetée exclusivement chez eux, je me sentirais bien dans mes fringues. Mais je ne pourrais plus coudre et ça ne serait pas très drôle. Je m’inspire de ce que je vois, dans la vraie vie et sur internet, mais je fais très très attention à ne pas avoir un débordement d’inspiration. Je couds pour porter ce que je fais, pas pour faire des jolies photos. Donc j’essaye de faire attention à ce que mes réalisations soient en adéquation avec ce que j’aime porter. Je n’ai, par exemple, pas de compte Pinterest parce que je pense que si j’oublie une idée c’est que ce n’était pas la peine de la garder. Et si le souvenir que j’ai d’une image est transformé par rapport à la vraie, alors tant mieux, je me suis approprié l’idée. En gros, je laisse ma mémoire faire le tri.

Quels sont tes points forts et tes points faibles ?

Mon point fort est sûrement que je n’ai peur de rien, je me dis que tant qu’il y a des instructions, ou au moins un patron, je vais m’en sortir. Si vous m’aviez vue, ma première machine fraîchement achetée, arracher des feuilles d’un cahier pour décalquer sur ma télé en guise d’écran d’ordi (je n’avais pas d’imprimante), un patron Burda, en Allemand (je n’y comprenais vraiment rien), de blazer, vous m’auriez sûrement ri au nez. Mais finalement avec un peu de persévérance, on se sort de tout. Et cette veste, je la mets toujours ! Quant au point faible, j’ai absolument horreur de recopier un patron. Entre le moment où je sors tout, et le moment où je m’y mets vraiment, il peut se passer des semaines tellement j’ai la flemme de faire tout ce décalquage. Et si par hasard j’ai décalqué la mauvaise taille, pfiou… Le patron peut au moins attendre quelques années avant de voir le jour.

manteau homme Thread Theory

Quelles sont tes matières, tes marques, tes adresses préférées ?

Je n’ai pas vraiment de matière préférée, j’aime tout du moment que c’est adapté à ce que je couds/tricote. Et je suis d’ailleurs assez frustrée sur la question. Je n’arrive jamais à mettre la main sur des tissus aussi jolis, légers et fluides que ceux des jolies robes du commerce, ou des tissus à rayures ou à carreaux assez épais pour en faire des blazers, etc… En tricot c’est un peu la même chose, il est très difficile, je trouve, de mettre la main sur des matières qui ne vont pas se transformer en pulls du poids d’un âne mort. Pour la laine, mon adresse préférée est Brooklyn Tweed, j’aime leurs patrons, et j’adore leur laine. Elle n’est pas au goût de tout le monde car elle se casse facilement, mais elle est légère et fine, et c’est tout ce que je demande. Niveau tissus, je vous indiquerais bien ma petite dame préférée du marche de Sham Shui Po à Hong-Kong, mais je ne suis pas sûre que ça aide grand-monde… Pour ce qui est des patrons, là je peux vous dire. J’aime vraiment beaucoup Grainline Studio (ses patrons correspondent exactement à ce que j’achèterais dans un magasin) et ceux de Papercut Patterns (ils sont vraiment variés et intéressants, on peut se constituer une garde-robe complète rien qu’avec ses patrons). Dans les deux cas, les patrons sont impeccables, bien étudiés, et avec des instructions vraiment vraiment excellentes (mais en anglais).

Parle-nous de tes projets et défis futurs !

Mon projet en cours est destiné à Monsieur, j’ai cru comprendre qu’il y avait un concours T&N… haha, suspense…Pour ce qui est du futur, j’ai envie d’apprendre à faire des boutonnières à la main, je ne suis pas vraiment satisfaite des boutonnières à la machine. J’ai aussi envie de faire un “quilt”, parce que je trouve toujours ça très moche (comme un défi, en faire un beau…). J’ai des envies de lingerie, parce que contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est hyper simple et rapide à coudre. J’aimerais aussi me coudre un gilet, mais $#&*! personne ne semble vouloir sortir de patron de gilet original et élégant… grmbrlf. Et j’ai envie de me coudre un nouveau manteau, parce que là mon Gérard de République du Chiffon, il est bien beau, mais j’ai froid au cou.

Alphonse …!

As-tu des conseils pour les débutants ?

A un débutant, je conseillerais de ne pas avoir peur, de prendre son temps, et de foncer. C’est en essayant des choses nouvelles et trop difficiles pour notre niveau que l’on progresse. Il ne faut pas non plus hésiter à faire des choses simples et rapides, ça fait plaisir et on les porte souvent. Pour commencer à coudre, je dirais que choisir un patron indépendant adapté a sa morphologie peut aider – on se retrouve avec un vêtement qui nous va sans retouches, et les instructions sont en général très bien faites. Pour commencer le tricot, je conseillerais un bonnet, les bonnets c’est cool, et ça va vite. Et encore une fois, il ne faut pas avoir peur des torsades ou de la dentelle, c’est toujours que des mailles endroit ou envers, on se sort de tout du moment qu’on est motivés !

Pour en savoir plus

son compte T&N

son blog