Par Juliette, le 19/11/2012 dans A la une, Artistes & Créateurs

Graphiste et designer textile, Lisa s’est créé un univers pop, rétro et coloré.

Elle revisite avec humour des objets disparus comme le téléphone à cadran ou la télévision à tube cathodique. Elle nous surprend avec ses instruments de musique silencieux, ses livres en tissus ou ses déguisements improbables !

Mais qui est cette Lisa?

Bonjour Lisa. Peux-tu nous présenter brièvement ton parcours de designer textile et les raisons qui t’ont poussée dans cette voie?

J’ai été formée à la direction artistique et à la conception graphique à l’ESAG Penninghen, où on ne touche absolument pas au textile. Ma grand-mère peintre, mon grand-père sculpteur et mes parents architectes font que j’ai toujours aimé dessiner, imaginer et créer des objets en volume. Le tissu est un médium pour moi, comme peut l’être la peinture ou le papier découpé. Je l’ai choisi car je trouve qu’il est riche en possibilités. On peut le broder à plat ou en faire un volume, se baser sur ses motifs, ou bien sa matière, c’est sans fin. Je suis venue à lui par hasard avec des exercices d’école, de photographie et de typographie, qui m’ont donné envie de fabriquer des accessoires en volume à partir de vieux t-shirts découpés.

M’amusant beaucoup et les retours sur mon travail étant positifs, j’ai essayé d’inclure la couture dans à peu près tous mes projets, jusqu’à mon diplôme, où j’ai fabriqué, avec l’aide de la vieille machine à coudre de ma mère, une collection d’accessoires en tissu sur le thème d’Alice au Pays des merveilles. Mes premières démarches professionnelles à la sortie de l’école sont allées naturellement pour moi vers l’édition jeunesse. Voulant dans un premier temps être illustratrice de livres pour enfants, les stages que j’ai pu faire m’avaient procuré quelques contacts. Ma première commande est alors la conception d’un livre en tissu sur la comptine “Une souris verte”.

Comment s’est imposée l’idée de monter ta propre entreprise, Lisa’s Factory ?

En parallèle de mon activité dans l’édition jeunesse, et comme les commandes n’affluaient pas immédiatement, j’ai commencé par me créer un blog “Lisa’s factory” pour me motiver. J’y publie en premier lieu les créations en tissu faites pour le plaisir pendant mon temps libre (qui est important quand on démarre en free-lance…) Ensuite, j’ai eu de la chance car j’ai gagné le concours de “blog du mois” organisé par Marie Claire idées puis un stand pour “Le Supermarket” via le site Etsy. J’ai décidé alors de déposer le nom de “Lisa’s factory” comme marque pour pouvoir vendre mes créations.

Comme je suis graphiste, je n’ai pas de problème pour ce qui concerne la création d’un logo, de cartes de visites, prendre des photos… par contre le côté business n’est pas ma tasse de thé. Des boutiques veulent vendre mes créations mais le prix qu’elles proposent ne me convient pas au regard des matériaux chers que j’utilise et du temps que je passe à concevoir et fabriquer. Au contact d’autres créatrices, je commence à connaître quelques ficelles, mais ne suis pas prête à consacrer tout mon temps à ”Lisa’s factory”, à faire l’impasse sur la qualité ou à faire fabriquer par d’autres pour vendre à tout prix. J’ai grande satisfaction à être l’auteur de livre jeunesse ou de couture et beaucoup d’envies diverses. J’aimerais par exemple concevoir des vitrines de magasins, des jouets… Je me laisse porter par ce qu’on me propose, par mes rencontres et ne souhaite pas être prise au piège des difficultés que représente la conduite d’une véritable ”entreprise”.

Je suis une grosse fan de ta collection d’objets textiles et on sent une certaine nostalgie dans le choix de tes créations : le vieux téléphone à cadran, les sacs à pop corn, la barbe à papa…Est-ce que tu te sens plus inspirée par le passé que par le présent?

Je ne crois pas être plus inspirée par le passé que par le présent. J’aime simplement tout ce qui a trait à l’enfance, ce qui est léger, naïf, coloré, magique… Ce qui met de la poésie et de l’humour dans un monde pas toujours très drôle. Il y a dans mes sources d’inspiration ma propre enfance, et ces objets qui n’existent plus. L’enfance de mes parents et grand-parents pour des objets encore plus vieux… Mais les enfants d’aujourd’hui m’inspirent également beaucoup ! Je n’ai pas encore d’enfants mais je suis par exemple fan du magazine Milk qui est à la pointe de la tendance “univers enfant”.

On observe tout de suite ton amour des couleurs et matières. Où trouves-tu tes tissus, et comment les choisis-tu pour chaque création ?

J’ai la chance d’habiter près de Paris et de son Marché St Pierre où l’on trouve absolument tout. C’est le meilleur moment que de se rendre là bas. On a une petite idée dans la tête mais elle se précise en parcourant les rayons. C’est souvent le tissu lui même qui est source d’inspiration. Je commence aussi tout juste à me rendre dans le quartier du Sentier sur le conseil d’autres créatrices pour pouvoir acheter en gros et donc moins cher. Mais je suis encore effrayée à l’idée d’acheter des quantités monstres. J’ai peur de me fatiguer d’une création avant d’avoir écoulé mon stock.

Si tu ne devais retenir qu’un seul de tes travaux, celui dont tu es le plus fière. Lequel serait-ce?

C’est difficile à dire. Pour les livres c’est toujours le dernier que j’ai fait qui me rend la plus fière. Je suis en train de finir un livre de couture pour Hachette pratique, avec 15 créations inédites à réaliser. Il doit sortir au 3ème trimestre 2013. Il va être génial ! J’ai hâte de l’avoir entre les mains et de le faire découvrir !

Pour les créations à proprement parler, c’est sans doute l’accordéon ; qui m’a demandé beaucoup de temps. Et puis j’ai un faible pour les objets qui ne servent à rien. Je viens de le vendre à une conteuse et cela m’a fait un petit pincement de le voir partir mais j’aime l’idée qu’il puisse vivre sur scène.

Quelle est la prochaine grosse actu pour Lisa’s factory ?

Je dédicace “Mes livres en tissu” au Salon création et savoir-faire le 25 novembre de 16h à 17h et participe à l’expo-vente “Parisien et fait-main” les 30 novembre, 1er et 2 décembre prochain. Ce “marché de noël” de créateurs aura lieu place Sainte Marthe dans le 10e arrondissement. J’y vendrai mes créations fait-main et avec plaisir !

Allez, dernière question « non-textile ». Un film ou une série qui t’a marquée ou qui inspire ton travail ?

Dernièrement je dirais Moonrise Kingdom de Wes Anderson et la série Mad men. L’esprit “vintage graphique” dans toute sa splendeur…

Pour en savoir plus sur Lisa’s factory